Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

MONOLOGUES DE LA MER SK.

 

Le marin a l'air heureux

Je précise qu'il en a seulement l'air

Regarde il pense à moi il est tout seul

Il a laissé son chapeau au vestibule

Au potager des chapôs ridicules

 

Bruno Bisaro est mort lui-aussi

On savait bien qu'il finirait par se jeter platement sous un autobus

 

Je le vois mon marin

Il est devant moi

Il est venu finalement

 

Il est venu le jour de ma mort

 

Il me salue en agitant son feutre

Le drôle il me couvre de fleurs

Et dans l'air feutré des fourmis se tordent

 

Pourquoi flottes-tu dans ton chapeau

Melon marin

 

Le poème n'a jamais raison du fleuve

 

 

 

Bruno BISARO

2005, les éditions Geneviève PASTRE / L'intrépide Bruno Bisaro

 

Imprimer

Les commentaires sont fermés.